Inauguration à Oslo, d’une nouvelle Représentation du Rojava, résistance et réfugiés

Publié le 27/11/2016

En attendant notre communiqué sur la situation au Rojava et en nord Syrie, une bonne nouvelle à partager : l'auto-administration démocratique du Rojava dispose d'une nouvelle Représentation en Europe. La Représentation du Rojava en Norvège a été en effet inaugurée hier à Oslo.

Au moment où, dans le silence international, le Rojava et sa population font face à une situation terrible, cette nouvelle nous réchauffe le cœur.

En proie à l'invasion turque lancée en août dernier par Erdogan, victime de ses bombardements incessants, des attaques continues de ses hordes islamofascistes (se réclamant de l'Armée Syrienne Libre et/ou du statut de « rebelles modérés ») ainsi que de celles de leurs acolytes de Daech, le Rojava résiste sur tous les fronts sans trahir son expérience sociale et politique d'une auto-administration démocratique et émancipatrice.

Alors même qu'il est sous blocus, qu'il ne bénéficie d'aucune aide humanitaire internationale et que sa population est dans une situation tragique (manquant de tout au plan alimentaire et médical), le Rojava non seulement résiste, mais accueille aussi, sans moyens, plus d'un million de réfugiés (venu du reste de la Syrie et d'Irak).

Le Rojava résiste, accueille déjà et propose d'accueillir encore, avec l'aide de la communauté internationale, les réfugiés syriens utilisés par Erdogan (car retenus en territoire turc) pour menacer, toute honte bue, l'Europe qui lui verse pour cela quelques milliards d'euros d'aide.

Oui, l'auto-administration du Rojava propose d'accueillir dans les zones que ses forces ont sécurisées les réfugiés syriens dont se sert Erdogan pour menacer l'Europe et obtenir son silence et sa passivité face à ses exactions en Turquie et au Rojava. Cette proposition de l'auto-administration obéit à des considérations élémentaires d'humanité et de réalisme politique. En effet, les réfugiés syriens n'ont pas vocation à croupir et à être exploités dans la Turquie d'Erdogan. Par ailleurs, la communauté internationale (et l'Europe en particulier) se doit de condamner fermement et clairement Erdogan. Elle se doit de condamner tous les pays qui soutiennent les islamofascistes. Elle se doit de cesser de valider la fable selon laquelle ces groupes isalmofascistes seraient des «rebelles modérés». Soit dit en passant, ce sont ces groupes (plus précisément, Ahrar al-Sham, Nour Al-Zenki et Sultan Mourad), soutenus notamment par la Turquie, qui depuis ce matin empêchent les civils de l'est d'Alep de trouver refuge dans le quartier kurde de la ville défendu par les YPG (plus de 400 civils ayant déja été recueillis par les YPG depuis ce matin). La proposition de l'auto-administration du Rojava permettrait à l'Europe de se libérer des mains du maître-chanteur Erdogan et ainsi, on l'espère, de prendre ses responsabilités.

Avec l'ouverture de la Représentation du Rojava à Oslo, la Norvège, avec d'autres pays européens, montre la voie à suivre : soutenir le Rojava, la démocratie et la paix.

Retour aux communiqués