Le bilan d'étape de la deuxième phase de la campagne « Colère de l'Euphrate »

Publié le 22/12/2016

Lancée le 10 décembre 2016, la deuxième phase de la campagne des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) contre Daech est toujours en cours. Si l'objectif ultime de la campagne est de libérer Raqqa de Daech, celui de sa deuxième phase est de libérer et de sécuriser les territoires situés au nord-ouest de Raqqa (et qui sont bordés par l'Euphrate). Il s'agit ainsi de circonscrire et d'isoler Daech dans sa capitale auto-proclamée.

Rapportée à ses objectifs, la deuxième phase de la campagne est une réussite.

En effet, alors que la première phase avait permis la libération d'un territoire de 530 km2, la seconde a permis, elle, de libérer et de sécuriser environ 1300 km2 au bout de 10 jours. La sécurisation n'a pas seulement consisté à vaincre les terroristes de Daech mais aussi à neutraliser les nombreuses mines qu'ils ont disséminés sur le territoire (au moins 550 mines ont ainsi été neutralisées). La liste exhaustive des villages libérés est longue (97 villages, des dizaines de hameaux et de fermes isolés ainsi que de nombreuses collines stratégiques sont désormais débarrassés de Daech). Au 22 décembre, les FDS n'étaient plus qu'à 8 km du barrage de Tabqah (sur l'Euphrate) principale source d'électricité de la Syrie (la libération de ce barrage étant un objectif important de la deuxième phase).

En outre, de nombreuses armes et des munitions (pour armes légères comme pour armes lourdes) ont été saisies. Par ailleurs, au moins 96 combattants de Daech ont été tués, 7 ont été faits prisonniers et 1 combattant s'est rendu avec sa famille aux FDS. Au 21 décembre, les FDS déploraient 9 morts et 12 blessés dans leur rang.

Enfin, les FDS ont pu compter sur le soutien de la coalition internationale contre Daech. En termes de soutien, il est important de noter que de nombreuses forces humaines locales ont rejoint les FDS (notamment à la demande des tribus arabes des territoires libérés), ce qui accroît les besoins des FDS en armements et en munitions.

En somme, si les progrès militaires sont bien réels, la réussite politique de la campagne est tout aussi frappante : en plus de la joie des populations libérées du joug mortifère de Daech, les FDS bénéficient d'un vaste soutien populaire local se traduisant par nombre très important d'engagements volontaires dans la campagne des FDS.

Ces progrès contre Daech sont d'autant plus méritoires que les FDS continuent de subir les attaques soutenues de la Turquie et de ses mercenaires islamofascistes (aussi bien à l'arrière, loin des lignes de front avec Daech, comme à Kobané par exemple, qu'au plus près des lignes de front, les bombardements des villages libérés de Daech étant monnaie courante).

Retour aux communiqués